L’huile de palme, la palme de la déforestation !

huile de palme déforestation

Vous avez sans doute entendu déjà parler de l’huile de palme, cette huile réputée mauvaise pour la santé.Voici un article pour comprendre pourquoi cette huile fait tant polémique.

Qu’est-ce que l’huile de palme ?

L’huile de palme est une huile végétale provenant de la pulpe des fruits du palmier à huile. Il s’agit de l’huile végétale la plus utilisée au monde. Ces palmiers poussent le mieux autour de l’équateur. C’est pourquoi l’Indonésie et la Malaisie sont les plus gros producteurs mondiaux. Il s’agit d’une huile dont le rendement à l’hectare est particulièrement bon si on le compare à la production d’autres huiles. Avec l’Inde, la Chine et l’Indonésie, l’UE fait partie des 4 plus gros consommateurs!

En Europe, elle est principalement utilisée sous sa forme raffinée. Elle constitue un ingrédient de choix pour l’industrie agro-alimentaire car c’est une huile stable et bon marché. Ainsi, elle est utilisée pour donner du croquant ou du croustillant à des viennoiseries, une texture crémeuse et onctueuse pour des pâtes à tartiner ou des mousses à raser et permet d’augmenter la durée de conservation d’un produit.

L’huile de palme et la santé

Si l’on se réfère à des sites pro-huile de palme comme la European Palm Oil Alliance, il semble que l’huile de palme ne soit pas un problème. Il y est ainsi écrit noir sur blanc que rien n’indique d’un point de vue nutritionnel que l’huile de palme dans le cadre d’une alimentation équilibrée soit liée à quelque problème de santé que ce soit. Il y est aussi écrit que l’homme a besoin de graisses dans son alimentation. Certes.

Une huile pas si bonne que ça!

A cela, je répondrai qu’il faut d’abord préciser que c’est loin d’être la meilleure huile au niveau nutritionnel ! Si elle est stable même aux hautes températures et peut donc être intéressante pour des cuissons à température élevée, elle n’en reste pas moins une huile très riche en acides gras saturés. Consommés en excès, ces acides gras augmentent le risque de diabète, l’hypertension et les maladies cardio-vasculaires. Si l’on mange équilibré, cette huile n’est certes pas mauvaise pour la santé. Mais encore faudrait-il savoir quelle quantité vous en consommez tous les jours ! Car le problème est qu’on la retrouve partout et que nous en consommons tous ainsi de manière insidieuse des quantités beaucoup trop importantes sans le savoir ! En 2010, une étude Findus a montré que chaque français consommerait à son insu près de 2kg d’huile de palme par an.

Où trouve-t-on de l’huile de palme ?

Dans l’alimentation

Dans un supermarché, la moitié des aliments transformés en contiennent. Ainsi, tous les gâteaux, viennoiseries, gâteaux apéritifs, pains, brioches, pâtes à tarte ou biscottes en sachets qui se conservent longtemps en contiennent.

On peut noter aussi leur présence dans les confiseries, céréales, préparations déshydratées, friandises, des fromages comme le Kirri goûter, produits de grignotage, margarines (même celles contre le cholestérol ce qui est un comble), toutes les pizzas, quiches et plats préparés, les sauces prêtes à l’emploi, produits laitiers et même dans certaines boissons ou lait infantiles !

Et les grandes enseignes alimentaires ne sont pas en reste non plus : Mac Donalds, Pizza Hut, Quick, KFC, Subway, Paul ou encore la brioche dorée en utilisent dans la grande majorité des produits qu’ils proposent.

Dans la cosmétique-pharmaceutique

Mais l’utilisation de l’huile de palme ne s’arrête pas au domaine de l’alimentation ! Elle est aussi utilisée dans la cosmétique. Vous en trouverez donc dans les lessives, shampooings et après-shampooings, dentifrices, déodorants ou les mascaras ou dans les médicaments comme la Biafine ou le paracétamol !

Dans ce domaine, consommer bio n’est pas forcément une solution. Par exemple, pratiquement tous les produits d’entretiens écologiques contiennent encore plus de produits palmés que les autres !

Bref, pratiquement tout ce que vous achetez qui n’est pas du fait-maison en contient, ce qui explique une hausse très importante de la demande mondiale depuis 1995. Cette huile commence également à être utilisée comme ‘biocarburant’ mais je ne développerai pas plus ce sujet car je me focalise sur le domaine de l’alimentation.

Comment savoir s’il y a de l’huile de palme dans le produit que j’achète ?

Vous me direz qu’il est facile de ne pas consommer de l’huile de palme si on regarde les étiquettes ? Et bien, ce n’est pas si simple ! Car, le problème pour la détecter dans un produit, est qu’elle n’apparaît pas forcément sous ce nom.

Ainsi, les noms suivants indiquent la présence d’huile de palme :

  • Tous les noms contenant la racine PALM, STEAR et LAURYL (comme Palmate, laurysulfate sodium, distearamonium par exemples)
  • Elaeis guinensis (nom scientifique)
  • Huile végétale ou matière grasse végétale : sans détail sur l’étiquette, il s’agit pratiquement toujours de cette huile.
  • E471 : un émulsifiant fabriqué bien souvent à partir d’huile de palme.

L’huile de palme, un désastre écologique

Le problème n’est pas seulement sanitaire mais aussi écologique. En effet, pour répondre à la demande toujours croissante, une déforestation de masse a lieu à l’autre bout du globe en Malaisie et en Indonésie.

Une monoculture source de CO2

J’ai d’ailleurs moi-même vu de mes yeux ces monocultures intensives de palmiers bien alignés qui s’étendent à perte de vue en Malaisie et cela fait froid dans le dos. L’Indonésie est ainsi devenue le 3ème pays le plus émetteur de CO2 dans le monde. En effet, ces palmiers sont des plantes et non des arbres et captent 3 fois moins de CO2 qu’un arbre.

Une faune et une flore dévastées, des populations en danger

De plus, la déforestation intensive laisse échapper des fumées à des centaines de kilomètres à la ronde qui sont toxiques pour les populations et perturbent régulièrement le trafic aérien en Indonésie ! Ajouté à cela, cette monoculture réduit de manière considérable la diversité de la faune et de la flore. Les orangs-outangs, par exemple, dont l’habitat se situait dans ces forêts, meurent à petit feu et sont en voie d’extinction.

La déforestation intensive: des paysages de mort

Quelles solutions ?

Si la suite vous intéresse, je vous invite à lire mon article intitulé : l’huile de palme : des solutions ?

Mes sources :

Suivez-moi sur Facebook via mon profil: Gaëlle Janot-Siebert ou sur instagram: #gaiabienetre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *